Achraf

2019

À la rencontre de Achraf, volontaire chez Radio Panik !

En décembre 2019, Achraf a présenté son parcours de volontariat à une délégation polonaise avec laquelle l’asbl Push collabore.

1. Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Achraf, j’ai 25 ans, je suis malvoyant depuis 2006.

Je suis accompagné chez Push depuis décembre 2018.

J’aime beaucoup la lecture, l’écriture, le chant et le théâtre.

2. Comment as-tu connu Push  ?

J’étais accompagné par un Job Coach pour trouver du travail. Je ne voulais pas travailler comme salarié pour plusieurs raisons. On a donc parlé ensemble du volontariat, ce qui m’a tout de suite semblé la bonne solution. Il m’a donc dit de m’adresser à PUSH pour qu’on puisse trouver ensemble un volontariat qui me plairait.

3. Pourquoi as-tu envie de faire du volontariat  ?

Je voulais pouvoir aider les autres, surtout ceux qui sont dans le besoin. Je voulais m’investir dans la société.

4. As-tu hésité à te lancer dans un projet de volontariat  ?

NON, je savais ce que c’était, je savais à quoi m’attendre, je n’ai donc pas hésité une seconde.

5. Dans quel domaine réalises-tu ton volontariat  ?

Je fais mon volontariat dans l’asbl Radio Panik Je fais mon volontariat depuis mai 2019. C’est une radio «  engagée  » et interculturelle. Elle a été créée en 1983, par un groupe militant contre le racisme et pour les droits de l’Homme. Sur le site de Radio Panik on peut lire que  : «  L’objet de l’association est de contribuer - avant tout par le moyen de la radiodiffusion - à la promotion socioculturelle de la population dans la région bruxelloise. Elle a comme but l’émancipation réelle des individus dans le respect des différences culturelles et des procédures démocratiques.  »

6. Que fais-tu quand tu es sur ton lieu de volontariat ?

Je participe à des émissions diffusées en direct sur internet. L’émission à laquelle je participe a lieu une fois par mois. Elle s’appelle «  Il faut tuer TINA  ». L’acronyme TINA fait référence à la phrase = «  There Is No Alternative  » (FR : “Il n’y a pas d’alternative”). Le principe de l’émission est de ne partager que des bonnes nouvelles, comme par exemple la gratuité des transports à commun à Dunkerque ou l’ouverture d’espaces de baignade en plein air à Bruxelles.

7. Comment se passe la réalisation de l’émission en pratique ?

Tout d’abord, il faut préparer les sujets. Chaque personne choisit la bonne nouvelle qu’elle souhaite partager et prépare sa chronique. Ensuite, elle la présente à l’équipe lors d’une réunion préparatoire. Lors de cette réunion, les chroniqueurs décident de l’ordre des bonnes nouvelles. es chroniqueurs décident de l’ordre des bonnes nouvelles.

Ensuite, tout est prêt pour enregistrer l’émission ! Elle se passe dans les studios de Radio Panik et se déroule habituellement de cette manière : présentation d’une bonne nouvelle, débat/discussions, musique.

Après l’émission, l’équipe fait un débriefing afin de savoir ce qu’il s’est bien passé et ce qui peut être amélioré pour les prochaines épisodes.

8. Qu’est-ce que le volontariat t’apporte  ?

Ça me permet d’être plus sociable, de découvrir beaucoup de nouvelles choses, de m’épanouir et de me dépasser.

9. Est-ce que tu t’entends bien avec les autres personnes du volontariat ?

J’ai tout de suite été bien intégré dans l’équipe. Tout le monde a toujours voulu que je sois le plus à l’aise possible. Ils sont tous très sympas et compréhensifs.

10. Est-ce qu’il y a des choses difficiles à ton volontariat  ? Si oui, est-ce que tu as trouvé une solution ?

Le seul problème que j’ai eu au volontariat est un problème technique ; il y a beaucoup d’escaliers qui tournent dans tous les sens pour arriver au studio, j’ai donc parfois du mal à me repérer. Mais on s’habitue avec le temps.

11. Est-ce que tu conseillerais à d’autres personnes de faire du volontariat  ? Si oui, pourquoi  ?

OUI, pour se rendre utile, pour offrir son temps à d’autres personnes, de découvrir de nouvelles choses, ...

Cependant il faut être motivé, je ne pourrai pas conseiller le volontariat à une personne qui n’est pas motivée à s’investir. Chacun a son point de vue mais moi j’aime beaucoup.

Vous pouvez retrouver toutes les informations de Radio Panik sur leur site internet : https://www.radiopanik.org/

Push asbl
Rue des Pères Blancs, 4
1040 Bruxelles
02 737 67 45
push.bxl@gmail.com